Au hasard des pages de mon hebdomadaire favori (Elle, pour ne pas le nommer), j'ai découvert les sœurs Scotto, apparemment très connues en tant qu'auteures et stylistes culinaires, mais ma culture gastronomique ne demande qu'à s'enrichir... Elles sortent donc un livre qui sera certainement abondamment relayé sur la blogosphère du goût :"Secrets de cuisine des sœurs Scotto" aux éditions du Chêne. Le magazine a reproduit plusieurs recettes dont une que j'ai testée. Ayant eu un "Il est bon, ton gâteau" de la part de l'homme lors du premier essai, j'ai réitéré, avec le même succès, c'est pourquoi je m'empresse de vous faire partager ce délice gustatif, avec une ou deux adaptations aux goûts de la maison !


P1030702

Préparation: 15 mn  -  Cuisson: 35 mn
Pour 8 personnes :

  • 300 g de chocolat noir (le plus corsé possible)
  • 6 œufs
  • 150 g de sucre semoule (200 à l'origine, mais je n'aime pas trop sucré)
  • 150 g de beurre très mou (programme décongélation du micro-onde, très utile) + une noix pour le moule
  • 1 cuillère à soupe de rhum ambré (je n'en ai pas mis)
  • 1 cuillère à café de vanille liquide (pas mis non plus)
  1. Beurrez un moule à manqué de 26 cm. Faites fondre le chocolat au micro-ondes, je trouve que c'est plus pratique au bain-marie pour obtenir la consistance demandée.
  2. Préchauffez le four à 175°C (th 5-6). Cassez 2 œufs entiers dans un saladier, ajoutez 4 jaunes et le sucre. Fouettez jusqu'à ce que le mélange blanchisse et triple de volume, puis parfumez de rhum et de vanille et fouettez encore 30 secondes. Incorporez alors le chocolat en mince filet, puis le beurre.
  3. Fouettez les 4 blancs en neige pas trop ferme et incorporez-les délicatement à la préparation, jusqu'à ce qu'elle soit homogène.
  4. Versez la pâte dans le moule et glissez au four. Laissez cuire 35 mn, puis retirez du four. Laissez-le reposer 10 mn.
  5. Servez tiède ou froid.

Ce gâteau se conserverait très bien quelques jours, sous un torchon, mais il n'a pas eu le temps d'arriver jusque là...

J'avais divisé les proportions par deux la première fois puis je l'ai fait tel quel la seconde, il n'a pas duré plus longtemps !

 

Observations familiales : "Bon, bien mousseux", "Il était délicieux!" et le désormais légendaire "Il est bon, ton gâteau."